lundi 10 décembre 2012

Agile Tour Paris 2012 : Agilité, Management et Sponsorship

Bertrand Dour de AgileGenius LTD nous a proposé... hmmm, disons une sorte de "one man show" sur le sujet "Agilité, management et sponsorship", tout cela avec beaucoup d'humour et pas mal de sarcasmes :)

Le premier constat est le suivant : l'agilité est en hausse, de plus en plus répandue et très demandée maintenant par des clients. Naturellement, cela intéresse des SSII proposants des consultants. D'où le phénomène du commercial généraliste qui va se mettre à "vendre" (notez bien les guillemets) de l'agilité.

"Agilité vs méthodes agiles"
Alors tout le problème est là. Un commercial généraliste qui sait vendre du consultant Java ou BI ou MOA va tenter de comprendre (à sa façon) l'agilité...
Il se dit à propos de l'agilité et des méthodes agiles : "on va dire que les deux sont pareils".
Erreur bien sûr !
=> L'agilité est une philosophie tandis que les méthodes agiles sont des outils et des pratiques pour mettre en place l'agilité !
Ainsi il part déjà sur de mauvaises bases et Bertrand nous décrit les conséquences de cette façon de penser.

Acte 1 : "l'offre Agile"
Le discours du commercial va être adapté aux différentes parties pour vanter les bienfaits de son produit "Agilité".
- aux managers, il va promettre "demain vous êtes agile !"
- au marketing, il va leur faire miroiter un "meilleur time to market" et des développeurs favorables aux changements
- à la DSI, il va leur vendre une "augmentation de la productivité", une "meilleure visibilité", une "amélioration de la qualité", une "réduction des risques"
=> l'agilité c'est bien, c'est fashion !

Acte 2 : "C'est presque comme..."
Dans la continuité, le commercial généraliste va simplifier les choses pour rendre la mise en place de l'agilité facile :
- c'est le rapprochement business / IT
- il faut des open spaces

Acte 3 : Ce qu'ils ont compris...
Au final, qu'ont donc compris les clients ?
- valeur business ?
- projets vs produits ?
- équipes auto gérées ?
- scrum master ?
- implication des utilisateurs ?
- implication dans le produit ?

Acte 4 : quelques mois plus tard
En appliquant une "agilité" à cette sauce, les résultats seront rapides...
oui, rapidement désastreux :
- des équipes à bout de souffle
- une perte de qualité des développements
- l'échec bien sûr de la transformation
- probablement un blocage et un arrêt

Epilogue :
La finalité de la démonstration de Bertrand Dour est de montrer qu'on aura une mauvaise compréhension de l'agilité si on ne prend pas le temps de bien se faire expliquer.
A première vue, l'agilité parait simple avec ses règles de bon sens. Mais la mise en place peut être ardue et si elle est mal faite ou forcée, elle mènera à l'échec.

Les clés du succès ?
- de la transparence : y compris au niveau commercial.
- de l'adhésion : si les personnes n'adhèrent pas, il ne faut pas y aller.
- de l'implication : si on est ok pour appliquer alors il faut impliquer toute l'organisation, pas que les développeurs !
- du support : écouter les conseils, sortir pour voir comment ça se passe ailleurs.
- être moteur de changement si on est motivé

Au final, on notera l'attaque à peine déguisée contre les SSII qui se sont engouffrées dans la brêche de l'agilité lorsqu'elles y ont vu le potentiel commercial. J'espère en tout cas qu'il n'y avait pas trop de commerciaux dans la salle car ils devaient se sentir mal :P Malgré l'humour sarcastique et les piques lancés, il faut garder en tête le message fort que l'agilité va au-delà de la simple application des méthodes agiles. L'implication des gens et la compréhension de la philosophie de l'agilité est primordiale pour une transformation correcte. On ne peut pas vendre l'agilité comme un produit qu'on achète et qui fera les tâches qu'on lui demande. Il faudra y mettre du sien (et on parle là de l'organisation entière).

ROTI : 5/5

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire